Morgane MONNERET est photographe, voyageuse, rêveuse. Elle est originaire du Revermont, de Ceyzériat. Depuis plus de 10 ans, elle explore différents domaines de la photo comme le patrimoine, la mode, le portrait, le tourisme, le culinaire... Elle est également photographe d’expédition, à la recherche des mondes cachés, inaccessibles.

Ce que j’aime par-dessus tout dans la photo, c’est son pouvoir de transmission de rêve. Je voyage dans des lieux reculés de la planète, où le plus souvent il n’y a pas d’homme. Et pourtant je suis un des premiers témoins chaque jour de son impact. Je ressens l’urgence de photographier et de partager les poétiques du monde, de faire rêver. Je crois en une prise de conscience par l’émerveillement."

Dans cette exposition, elle nous propose de voyager de l’Antarctique, le continent blanc au-delà des mers du sud, à l’Arctique, océan gelé jusqu’au pôle Nord, les glaces étincelles de leurs mille nuances de bleu, et le soleil ne se couche qu’une fois par an.

L’air figé par le froid fait régner le silence, qui n’est brisé que par le craquement des icebergs, le souffle des baleines et des ours, ou le cri des manchots. Les deux mondes polaires que l’on imagine si similaires en réalité ne se rencontrent jamais.

L’Arctique, la terre des ours, est aussi celle des hommes, les Inuits (« inuit » veut dire « homme » en inuktitut, la langue inuit), qui se partagent les terres des 6 pays qui entourent l’océan Arctique : la Norvège, la Russie, l’Alaska, le Canada, le Groenland et l’Islande. L’équilibre y est fragile, les merveilles de ces territoires, les grands prédateurs, les sourires et les glaciers s’évanouissent lentement comme enveloppés par le brouillard du Grand-Nord…

L’Antarctique c’est donc la terre sans ours. C’est aussi une terre sans homme. Ainsi le terme « sauvage » perd son sens, car les animaux qui ne connaissent pas l’homme n’en ont pas peur. Les manchots se comptent par milliers, les otaries et les éléphants de mer bronzent sur les plages et les cétacés peuplent les côtes. On entre sur la pointe des pieds, la nature est maitresse, déesse, elle nous observe et nous submerge.

Les seuls animaux qui voyagent de l’un à l’autre sont les baleines, et les sternes arctiques, ces petits oiseaux des mers qui ont la plus longue migration au monde.

Cette exposition a été présentée à Drom en septembre 2021 lors des rencontres organisées par le collectif CROP.

En savoir plus sur le travail de Morgane MONNERET

Pendant l’exposition, Morgane MONNERET sera en expédition en Antarctique. Elle nous enverra des cartes postales photographiques et sonores que nous partagerons avec vous.